Kaguya « la lumière rayonnante »

Kaguya, la princesse lumineuse

C’est avec joie que nous découvrons par le studio Ghibli ce long-métrage adapté du conte  « le couper de bambou », l’un des textes fondateurs de la littérature japonaise, « Kaguya, la princesse lumineuse ». C’est à travers une animation originale et particulièrement bien travaillée que le l’histoire de la belle kaguya nous est montrés, conté tels un rouleau de peint japonais.

Kaguya fut découvert dans une pousse de bambou dans la bambouseraie de deux paysans, ces mêmes paysans choisissent de l’élever et de l’éduquer. Son père adoptif trouvera plus tard un trésor dans sa bambouseraie, il prit donc la décision d’utiliser cet or pour que sa fille connaisse le bonheur et une éducation digne d’une princesse. Sa beauté était tel,que les nobles de la capitale seront prêt à relever l’impossible pour obtenir la main de la jeune princesse.

« Kaguya, jouant un instrument traditionnelle japonais, le Koto »

Critique

Les crayonnés et les dessins de Hayao Miyazaki dans le comte de la princesse Kaguya semblables à des croquis( en particulier dans les décors), apporte néanmoins une certaine finesse et précision à l’animation. Grâce à ces dessins, nous ressentons très bien les émotions de la jeune princesse, sa joie, sa tristesse, sa mélancolie. Connaissant une croissance incroyablement rapide voir surnaturel, Kaguya se cherche, voulant découvrir dans quel but est-elle née.
Vite engloutit par la présence pesante des nobles et son rôle de princesse, ce monde qui lui parait fictif, elle cherche à combler cette mélancolie en construisant un petit jardin ressemblant à son ancien habitat.

Et c’est dans l’une de mes scènes favorites que nous ressentons aux mieux les sentiments de la princesse. Lorsque les nobles sont invités au sein du château, mais qui ne peuvent communiquer avec la princesse, Kaguya se mit subitement à courir, loin des fêtes, de ce monde qui l’a fait souffrir. Les arbres sont représentés par des traits noirs très agressifs, sont kimono transperçant l’obscurité et ses cheveux semblables à une tornade.

vlcsnap-error415

conte-de-la-princesse-kaguya-isao-takahata-avant-scene-cinema-623-actu-dvd-screenshot2

À travers ce long-métrage d’Isao Takahata et dans l’intimité de Kaguya, un message nous est communiqué, celui d’un bonheur oublié de l’homme d’être au plus proche contact de la nature. La princesse se trouve ainsi donc entre bonheur et mélancolie, entre « ciel et terre ».

Pour les amoureux des longs-métrages du studio Ghibli et les anciens conte du pays nippon, je vous incite vivement à découvrir cette petite perle de l’animation japonaise.

vlcsnap-error754

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s