#1 Bilan Lectures

Voici un bilan de mes lectures en 2017,  il contient les nombreuses lectures que j’ai pu effectuer au cours de l’année, en comptant les nouveautés  que j’attendais avec impatience ainsi que d’autre choix de lecture plus personnel. Cette année fut riche en nouveauté, malheureusement je n’ai pas pu toutes les lire mais néanmoins je souhaitais partager mes lectures de 2017.

 

Une sœur  & Polina- Bastin Vivès – Casterman

Dans le trio de ceux qui s’occupe de Lastman, celui dont les bandes dessinés m’intriguait le plus étaient Bastien Vivès.

  • Une sœur :

Pour commencer à découvrir sa « bibliographie », qui est d’ailleurs  assez conséquente, j’ai voulu commencer par « Une sœur ». L’histoire du jeune Antoine et de son petit frère parti en vacance avec leur famille. Ces vacances d’été seront l’occasion pour Antoine de faire la rencontre d’Hélène , fille d’amis proche de la famille.

N’ayant que son petit frère, Hélène fera figure de grande sœur, une grande sœur qu’il initiera à la vie sentimentale, un brin hautaine, on y découvrira « une sœur » veillant sur son petit frère Antoine. Comme à chaque fin d’un séjour lors des vacances d’été, la lecture s’est faite de manière si fluide et agréable, que je n’ai pas vu le temps passer que j’aurais apprécié que les vacances d’Antoine perdurent.

Raconté avec sensibilité et décrit par le style de dessin de Vivès que j’apprécie tant, je ne regretterai pas d’avoir pu me procurer « une sœur » à découvrir chez Casterman

 

  • Polina :

Polina est l’une des BD la plus connu de Bastien Vivès L’histoire se centre sur l’apprentissage de la danse classique et du quotidien de Polina. Vivès a eu l’occasion d’assister à des cours et à son premier ballet, et on le ressent à travers l’attention portée sur les poses des danseuses et sur le déroulement des cours avec le professeur de Polina, M.Bojinski. Tout au long de la lecture, on « grandira » avec elle et part tout les obstacles auquel elle devra faire ça. J’ai surtout apprécié la relation élève et professeur qui se construit jusqu’à la fin.

 

Gotham central – Rucka /hurtt/Gaudiano/scott – collection dc classique

Gotham central-DC

Pour commencer mon immersion dans les comics, je vais vous parler des classiques de chez DC et plus particulièrement des histoires de Batman. Pour cela, j’ai voulu m’orienter vers Gotham central. Je souhaitais découvrir les combats que mènent tout les jours les inspecteurs de Gotham pendant que Batman mène le sien dans l’ombre.

Chaque volume de gotham se compose de 2 ou 3 affaires  divisés en 4 chapitres maximum, cela permet de se centrer sur un ou plusieurs personnages, on observe et découvre leur personnalité à travers ces affaires. On est sur le devant de la scène avec ces inspecteurs à leur version différentes de la justice et de mener à bien leurs affaires. L’aspect visuel change constamment grâce aux nombreux artistes qui interviennent dans Gotham central. Un énorme coup de cœur et un !

 

L’enfant et le maudit – Shuzô Oshimi – édition Komikku

enfantetlemaudit

L’enfant et le maudit fait partie de ces nouveautés qui vous emporte avec une aisance déconcertante dans son univers, avec son style graphique soigné et détaillé. L’enfant et le maudit est une poésie, une poésie qui vous comte le destin tragique d’une enfant vivant avec un être maudit détesté et redouté par les hommes. L’apparence repoussante de cet être maudit que la jeune fille prénomme « docteur »  fait un excellent contraste avec l’apparence de celle-ci. Cette fable à l’histoire touchante et à la fois cruelle de deux êtres drastiquement différents m’a complètement séduit.

Un monde fantastique fascinant et envoûtant qui ne m’a pas laissé indifférent à la fin de ma lecture des deux premiers volumes,  procurez vous sans hésitation cette merveille de chez Kommiku !

 

To your eternity –  Yoshitoki Oima – Pika éditon

To-your-eternity

Après avoir fini en fin 2016 L’excellent A silent voice, « T o your eternity » comptait parmi  les nouveauté de 2017 que j’attendais le plus. Dans To your eternity nous suivons les aventures d’un être immortel qui entamera un long périple d’apprentissage,  Yoshitoki Oima nous transporte cette fois-ci dans un monde fantastique où de nombreux thème tels que la mort et l’amour y seront abordés. Ce qui frappe également à la lecture de To your eternity  est la beauté des dessins de Yoshitoki Oima. Il fait sans aucun doute partie de l’un de mes coup de cœur favoris des nouveautés de 2017.

Dans l’intimité de marie – édition Akata/Les fleurs du mal – Shuzô Oshimi

 

  • Dans l’intimité de marie :

Dans l’intimité de marie est sûrement l’une de mes plus grosse surprise des lectures que j’ai pu effectuer en 2017. Isao kaomi était un ancien étudiant parti étudier 3 ans à Tokyo, peu à peu il abandonna ses projets, sa vie sociale pour se renfermer sur lui-même. Il fera, un soir, la rencontre de mairie dont il se retrouvera mystérieusement dans son corps le lendemain.

« Marie » entamera peu à peu une quête identitaire qui au départ me laissait perplexe mais au fil des tomes, et plus particulièrement en s’approchant de la fin  j’étais  à la fois bluffer par l’évolution graphique de Oshimi et terrifié par les tournures que prenait l’histoire. Tout comme les fleurs du mal, dans l’intimité de marie est plus profond qu’il n’y paraît, abordant également des thèmes intéressants.

  • Les fleurs du mal

L’une des nouveautés à retrouver dans les éditions Ki-oon, les fleurs du mal de Shuzô Oshimi.  Passionné par les ouvrages de Baudelaires on y retrouve dans son manga de nombreuses références à l’une d’entre elle. Takao est un collégien plutôt timide et introverti, il n’a des yeux que pour la populaire Nanako. Un jour ellle oublia ses affaires de gym à l’école,  et au lieu de les lui rendre, il décida des garder. Cependant, Sawa l’a pris en flagrant délit. Cela sera le début d’un chantage sans fin, ayant pour unique but de dévoilé la rélle facette de Takao aux yeux de tous

Quête de liberté, d’évasion sociale, à travers de nombreuses représentation métaphorique, le manga aborde de nombreux thèmes intérréssants. Déstabilisant mais à la fois intriguant, on observe le quotidien du jeune Takao cherchant à s’échapper de cette « prison » dans laquelle ils se trouvent et de Sawa qui cherche simplement le vrai visage de Takao, qu’il cherche tant bien que mal à cacher.

 

Levius EST – Haruhisa Nakata -Kana

Levius-est

Levius Est, suite directe de Levius, reprend après le combat entre AJ et Levius. Pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de mettre la main sur cet excellent titre, Levius nous situe dans un monde futuriste en plein essor grâce à la découverte de l’énergie de la vapeur a connu une incroyable évolution. Utilisée dans la plupart des outils du quotidien, cette énergie a pris une place considérable dans le monde de la boxe pour faire place à la boxe mécanique. Levius, victime d’une guerre ayant marqué le monde dans lequel nous nous situons, souhaite devenir le plus grand boxeur du monde de la boxe mécanique.

Le manga atteint un nouveau palier et les enjeux deviennent de plus en plus conséquent, les combats s’intensifient prennent une toute nouvelle dimension. Nakata Haruhisa maîtrise à la perfection son manga grâce à un dessin minutieux et précis, et à son scénario qui gagne sans cesse en intensité. Levius/Levius Est mérite bien sa place parmi les meilleurs mangas actuel.

Devilman – Black box édition

Devilman l’une des œuvres la plus populaire de Go nagai en France avec Mazinger Z est de nouveau disponible dans nos contrés depuis 2015 grâce aux éditions Black box éditions. Devilman fait partie sans aucun doute de mes lectures les plus marquantes avec Bonne nuit pupun, solanin ou encore Akira. Devilman nous montre une terre qui était autrefois régné par les démons, maintenant endormis, mais se réveillant ce qui leur revient de droit, Ryo cherchera à vaincre les démons. Le seul espoir qui s’offre à lui est d’utiliser le pouvoir des démons avec son ami Akira.
Sorti il y a 40 ans, les thèmes aborder par Go nagai sont toujours efficace et coïncide bien avec notre société actuelle. Pour Ceux qui cherchent à découvrir cette œuvre, le récent animé dirigé par le très talentueux Masaki Yuasa est disponible chez Netflix . Différent du manga, l’anime reprend tout de même les grandes lignes de l’œuvre original pour les réintégrer dans un monde plus moderne, certains détails change du manga mais cela permet de mieux mettre l’anime aux gouts du jours !

 

Tokyo Kaido – Mochizuki Minetarô – Le lézard noir

Tokyo Kaido

Après Chiisakobé, le lézard noir a choisi de nous proposer une nouvelle fois Minetarô Mochizuki parmi ces nouveautés en 2017. Tokyô Kaido, se concluant en 3 volumes traite dans son histoire de jeunes, victimes d’une maladie ou liés aux troubles cérébraux renvoyant à certains traumatismes dans leur vie. Graphiquement, Minetarô Mochizuki reprend le format qu’il avait utilisé dans Chiisakobé, mais cette fois-ci avec plus d’intensité dans certaines cases. Ces jeunes, incompris d’autrui cherchant simplement à vivre normalement, leur colère, leurs frustrations, Minetarô Mochizuki sait retranscrire efficacement les sentiments de ces jeunes. C’est beau, touchant et c’est encore une grande réussite de la part de l’auteur.

Fire punch – Fujimoto  Tasuki – Kazé

Fire punch

Enfin je termine avec l’une des grosses surprises de cette année, Fire punch de Tasuki Fujimito. Fujimoto ne joue pas dans la demi-mesure et sa folie semble ne pas avoir de faille. Fire punch nous amène dans un monde apocalyptique recouvert d’un manteau blanc de neige mortel. Agni dispose avec sa sœur d’une incroyable régénération, ils font tous deux partis de ces êtres qu’on nomme « élu » doté d’une capacité unique.

Animé par sa soif de vengeance, l’unique source d’énergie qui le maintien en vie, Angi partira à l’aventure pour trouver l’assassin de sa sœur. On y découvrira un monde meurtri où une partie de l’humanité semble avoir sombré dans la démence. Un scénario captivant avec son lot de personnages aussi déjantés qu’attachant, chaque page est un vrai plaisir visuel.

 

Visit any SunnyShades store near you and get 50% off on select sunnies!

J’ai pu également pu avoir l’occasion de me mettre à la lecture de nombreux manga dont je souhaitais lire et retrouver dans ma bibliothèques. L’année était  pour moi sous le signe d’Urasawa avec Pluton Billy bat et 20th Century boy. Complètement conquis par la narration de Minetarô Mochizuki et de la composition de ses pages dans ses manga, Dragon Head était donc pour moi un passage obligatoire.

J’espère que la première partie de cet article vous aura plu, je reviendrais sans aucun doute sur certaines lectures avec un article plus détaillé, un sur Dragon head dont la préparation de l’article sortira au cours du mois de février. Les projets avancent doucement mais sûrement, en attendant je vous prépare la deuxième partie de cet article !

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s